Pratiques participatives et émancipation

Comment permettre à chacun.e d’éprouver durablement et concrètement sa place au sein de collectifs dont il.elle participe à dessein ou par assignation ? L’intégration et la pleine participation à la cité sont-elles le fruit de la volonté unique des individus ? Ou peut-on avant tout armer de vertus intégratrices et émancipatrices le système collectif ?

Nous vous proposons d’aller à la rencontre de projets et d’acteur.rice.s qui s’attèlent à la mise en œuvre de logiques de participation dans des champs politiques, économiques, sociaux et culturels… et parfois à la croisée de tous ces mondes. Nous avons choisi de mettre la lumière sur des expérimentations qui nous livrent des clés pour comprendre comment le collectif de travail, de vie, d’habitat, de soin ou d’éducation peut fonctionner sur une participation concrète et durable des individus. Des expérimentations qui font de ces démarches participatives, des leviers essentiels pour l’émancipation des personnes.

Lire la suite de l’édito

Nous laissons délibérément le soin à nos interlocuteur.rice.s de nous faire découvrir ce que chacun.e met derrière la « participation » et c’est d’ailleurs l’intérêt empirique de cette Saison #2 : aller voir comment celle-ci peut se caractériser concrètement. Aller comprendre en quoi des pratiques participatives peuvent transformer un.e habitant.e en citoyen.ne, un.e patient.e en expert.e, un.e salarié.e en acteur.rice de l’organisation de travail…

Mais qu’entendons-nous par « émancipation » ? Nous souhaitons vous en proposer une acception qui, loin d’épuiser le concept, nous permette de mettre en jeu la relation individu / collectif.

L’émancipation à l’honneur de cette première thématique renverra à la libération des individus. Cette libération prend racine dans la prise de conscience que des places nous sont assignées par les rapports sociaux, de genre, de race, par nos conditions économiques, nos appartenances culturelles, par la maladie, le handicap ou les accidents de parcours.. autant de conditions qui nous lient ou nous excluent. Et ces places sont plus ou moins astreignantes, excluantes et étroites selon qui l’on est et où l’on est. Nous proposons de partir du postulat que l’émancipation, de ce fait, ne repose pas seulement sur un choix délibéré et individuel. La capacité d’émancipation n’est pas à attribuer à un trait de caractère ou une force de volonté qui distinguerait les « dominé.e.s » des « émancipé.e.s ». On ne s’émancipe pas seul.e. L’émancipation que nous choisissons de mettre en lumière ici est une dynamique, jamais acquise, portée par l’action collective – comme vecteur de réinvention dans les manières de vivre ensemble, de faire système, de produire l’institution et ses normes.

Nous avons alors porté nos micros, caméras et bloc-notes de la Bretagne à l’Alsace, en passant par Toulouse. Vous devrez chausser tantôt des lunettes donnant à voir au niveau micro tantôt au niveau macro. Vous constaterez qu’à de nombreuses échelles différentes s’expérimentent des pratiques innovantes de participation : de l’échelle nationale, jusqu’à la petite commune, le quartier ou même le bidonville. Les expérimentations documentées explorent des leviers très divers pour rendre la participation inclusive et durable : la culture, le design social, le bénévolat, l’entraide, la mobilisation politique, l’éducation…

Tous ces projets ont en commun de mettre avant tout le collectif à l’épreuve et en question dans son fonctionnement, tout en outillant et en accompagnant les premier.ère.s concerné.e.s. Ils ont en commun de faire sauter progressivement les verrous de l’auto-censure qui peuvent exister chez chacun.e : « Suis-je capable ? » « Suis-je légitime ?» Ils portent surtout comme principe d’action de ne pas réaliser ces révolutions nécessaires à la place des personnes.

Ces témoignages recueillis parleront maintenant d’eux-mêmes, pour vous laisser apprécier dans quelle mesure ces expériences et engagements sont porteurs de dignité, de légitimité et de libération.

Les projets à l’honneur

Derrière chacune de ces structures ou de ces personnes, retrouvez une vidéo, un article, un podcast… N’hésitez pas à cliquer sur les projets pour en savoir plus !


A venir en décembre et janvier

  • Bénénova : interview croisée d’une association qui permet l’engagement des jeunes pour répondre à des besoins non couverts
  • Si on s’alliait : rencontre en vidéo avec un collectif d’habitants du quartier Villejean à Rennes
  • Solenciel : à la découverte d’une structure au management innovant qui permet aux personnes abîmées par la prostitution, de se reconstruire grâce à un travail digne et pérenne
  • Claire Gapihan : entretien avec une étudiante d’Askoria qui nous livre ses impressions sur sa participation au Hackathon des Solidarités


La Doc’

En partenariat avec les Centres de Ressources d’Askoria, nous vous proposons de partir à la découverte de notre Doc’.
Plus qu’une simple revue de presse, nous vous proposons une sélection d’ouvrages, de romans, de livres jeunesse, de vidéos, de podcasts…
Autant de contenus complémentaires pour continuer à explorer la pistes des pratiques participatives et de l’émancipation des individus.

Toute la Doc’ à découvrir ici :

Nos coups de cœur pour cette première Doc’ de la Saison #2

Les coups de cœur de Gaëlle, documentaliste

Les coups de cœur du Campus des Solidarités